Conservatoire Lully Vauban

Le bâtiment vient se greffer en cœur d’ilôt et en prolongement du bâtiment existant de l’école. Il se cale sur la pente naturelle de la cour. Son volume élancé signale l’équipement culturel. Le ton clair de l’enveloppe de briques blanches moulées main s’intègre aux tonalités laiteuses à écrues des bâtiments voisins. Il n’y a pas volonté de faire rupture avec le contexte mais de s’insérer dans une ambiance minérale existante tout en soulignant l’équipement par sa présence volumétrique et une matérialité naturelle prégnante. Depuis les logements avoisinants, la toiture en pente de tuiles émaillées blanches offre à la vue une sculpture dansante et changeant de couleur sous les effets de la lumière du soleil grâce au déhanché des toitures des salles de danse. L’usage est théâtralisé depuis l’extérieur, les flux sont mis en scène, les disciplines se croisent, la relation à la ville se construit. L’atmosphère y est douce. La lumière tamisée est colorée par le chêne huilé et les murs d’argile. Au plafond, l’œuvre de Marie Maillard évoque la nature, le soleil, le mouvement de la danse et le souffle de la musique. Ces lieux contrastent avec les salles d’activités, très lumineuses et claires. Les espaces, sur la base d’un plan rectangulaire proche du carré, sont dissymétriques dans leur volume pour un traitement acoustique optimal et une ventilation naturelle facilitée.

contexte
Versailles
maîtrise d'ouvrage
c.a. de Versailles grand parc
surface
800 m² sdp + réhab.
budget
2.3 m€ ht
calendrier
livré en 2016
mission
Serge Joly & PE. Loiret architecte mandataire mission de base
équipe
OTCE idf, Vincent Hedont
éco responsabilité
Bbc - 20%, Structure bois
photos
Schnepp Renou